25.12.2014

Des activités à foison pour le 22e anniversaire d'Amphoralis

La salle d’animation du musée, bien connue des enfants qui fréquentent les ateliers proposés par Amphoralis, s’est égayée de jolies couleurs, de quoi créer les meilleures conditions pour leur donner envie de revenir sur les traces des potiers gallo-romains.

amphoralisCe 22e anniversaire - le musée a été inauguré le 12 décembre 1992 - a été l’occasion de dévoiler au public la fresque réalisée par les élèves d’Éva Guionnet, enseignante de l’école d’arts plastiques du Grand Narbonne; des élèves, de Colette à Émilia en passant par Annick et Françoise, qui ont signé leur œuvre avec un plaisir non dissimulé.

amphoralisInscrite donc dans un projet collectif, la fresque est le résultat de visites, de repérages, d’observations sur le site qui ont fait émerger deux grands thèmes autour de la Gauloise 4, production emblématique de l’atelier des potiers gallo-romains. D’abord celui de l’empilement et l’accumulation, en référence aussi bien à l’enfournement qu’à la collection d’amphores au cœur du musée, ensuite celui du réseau d’exportation du vin jusqu’aux confins de l’empire romain. À partir de là, les élèves ont fait parler les formes et les couleurs, la lumière et les matières en s’inspirant de pratiques contemporaines.

amphoralisLes visiteurs ont été invités à découvrir la fresque avant de se rendre sur le site où ils ont pu s’initier au moulage de briques ou à la fabrication de lampes à huile, déguster les tisanes parfumées de Virginie en se promenant dans le jardin et les galettes cuites au feu de bois pour plonger durant un court instant dans le quotidien gallo-romain.

amphoralis►Le musée est fermé jusqu’au 5 janvier. 
 

18:10 Publié dans Expositions, Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amphoralis |  Facebook | | |

08.12.2014

Un éclat particulier pour fêter l'anniversaire d'Amphoralis

Amphoralis participe depuis deux ans au Mois du documentaire et a proposé au public, en novembre, deux projections en lien avec l’actualité du musée. Notes blanches, qui décrit l’immersion d’un compositeur au sein de la manufacture de Sèvres, a été suivi du Masque de beauté de Cécile Egger. Les spectateurs ont été saisis par le parcours original de cette artiste qui s’est filmée en train de se couvrir le visage d’argile verte pour s’inventer d’autres identités redessinant l’arête du nez, creusant les joues, accentuant les rides. Une vidéo performance qui questionne sur la quête de la beauté.

amphoralisLes participants, de tous âges, ont été conviés ensuite à fabriquer un masque en argile, sous la houlette de Julie Vitosky, professeur à l’école d’arts plastiques de Narbonne. Une initiation aux techniques de modelage qui a révélé un vrai travail de création. Les masques seront cuits lors du 22e anniversaire du musée en même temps que les pièces tournées lors des stages d’approfondissement débutés sur le site en octobre avec la potière Cécile Dussaud.

amphoralisL’anniversaire, programmé ce dimanche 14 décembre, débutera dès 10 h, par la cuisson dans un des petits fours à bois, en même temps que se déroulera une visite guidée du musée et du parc. Entre 14 h 30 et 18 h, des ateliers de fabrication de lampes à huile et de tuiles et briques seront proposés aux visiteurs ainsi que la découverte des plantes du jardin et la dégustation bienvenue de tisanes chaudes.  Elles accompagneront idéalement les galettes gallo-romaines cuites au feu de bois, à déguster entre 16 h et 18 h.

amphoralisamphoralisÀ noter qu’exceptionnellement, les visiteurs pourront se rendre dans la salle d’animation y admirer la fresque des élèves de l’école d’arts plastiques de Narbonne. Tarif également exceptionnel : 2 euros.
 

20:31 Publié dans Loisirs, Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amphoralis |  Facebook | | |

04.11.2014

Amphoralis multiplie les animations

C’est le moment d’apprendre l’art du tournage ou de perfectionner sa pratique de la poterie en cette fin  d’année à Amphoralis. Les tarifs sont en baisse et quelques places restent à pourvoir.

amphoralisTous les deux premiers mercredis du mois, au cours des ateliers animés par la potière Cécile Dussaud-Leclercq, adultes et enfants à partir 13 ans, fabriquent des pièces uniques dont certaines seront cuites dans l’un des fours à bois, lors de la journée anniversaire du musée, le dimanche 14 décembre de 10 h à 19 h.

Le dimanche 9, ce sont des bijoux d’argile, perles, pendentifs et autres parures que les familles pourront créer, de 14h 30 à 17h. L’occasion de préparer des cadeaux originaux pour les fêtes de fin d’année.

Novembre est le mois du documentaire avec ce dimanche 2, à 15h, la projection de Notes blanches, réalisé par Corinne Dardé. Le film, d’une durée de 42 minutes, est un témoignage personnel sur un projet musical inédit mené par le compositeur Nicolas Frize au sein de la manufacture de Sèvres. Le dimanche 23, la projection du documentaire Le masque et la beauté, de Cécile Egger, durée 6 minutes, sera suivi d’un atelier de fabrication d’un masque d’argile.

amphoralisDernièrement, un groupe d’aînés emmené par le CCAS de la commune a visité le musée et a participé activement à un atelier de fabrication de lampes à huile. Parmi eux, des résidents de la maison de retraite qui ont apprécié ce moment agréable, complété par un circuit commenté sur le site.

Contact : 04 68 46 89 48 et amphoralis@legrandnarbonne.com

09:39 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amphoralis |  Facebook | | |

28.09.2014

Les journées du patrimoine ouvrent la saison à Amphoralis

Samedi et dimanche dernier, ce sont plus de quatre cents personnes que le musée a accueillies, une fréquentation en hausse associée, sans nul doute, au programme des animations de qualité proposées et à une promotion qui monte en puissance.P1180124 (Copier).JPG

Une centaine ont suivi, avec Marie, la visite guidée Des amphores à la musique d’argile, un parcours qui débute au cœur du musée, autour de la maquette de 6 m², avec les personnages qui s’activent dans l’atelier reconstitué, d’il y a deux mille ans. Après l’arrêt émotion devant les tombes de nouveau-nés reconstituées, ils ont quitté les passerelles qui surplombent les zones de fouilles pour se diriger vers la sculpture musicale en argile, animation phare de l’été, en passant par l’aqueduc et l’habitat des potiers.

Mireille Oliver a entraîné autant de visiteurs dans sa balade Si l’arboretum m’était conté. Parmi eux de nombreux touristes mais aussi des locaux qui ont profité en voisins de cette ouverture pour découvrir la mise en valeur du patrimoine gallo-romain depuis ces dernières années.

P1180125 (Copier).JPGEn octobre, entre poterie, rencontre littéraire, contes, visites en plein air, les animations seront légion.

Dimanche 5, Amphoralis ouvrira ses portes gratuitement pour en faire découvrir ses collections, ses fouilles, et se promener dans le jardin et l’arboretum. Le mercredi 8 débutera le cycle* de huit séances de tournage et modelage avec la potière sallèloise Cécile Dussaud. Le premier cycle se terminera lors du 22e anniversaire du musée, le dimanche 14 décembre, avec la cuisson au bois des pièces réalisées par les stagiaires.

Le 12, petits et grands pourront modeler, en famille, louches et cuillères. Les petits auront un stage* dédié en fin de mois, en période de vacances, autour de la création de masques en argile.

Nouveauté, le goûter littéraire du dimanche 19. Patrick Milani présentera et dédicacera son roman Furor et Pietas, Lune rouge sur Narbo Martius et Chantal Alibert ses ouvrages dont le roman policier « Le manuscrit d’Isis.

*** S’inscrire au plus tôt, places limitées, 04 68 46 89 48 ou amphoralis@legrandnarbonne.com
 

13:59 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amphoralis |  Facebook | | |

19.08.2014

À Amphoralis, le parcours du visiteur se veut auusi ludique

À Amphoralis, les journées estivales se déroulent au rythme des animations proposées aux visiteurs. Les vendredis du mois d’août, la visite entraînent ces derniers dans un surprenant voyage au cœur de l’artisanat gallo-romain, depuis le musée  qui abrite sous ses ailes latérales les vestiges des fours à la sculpture musicale installée au début de l’été entre l’arboretum et le jardin des potiers en passant par le bâtiment qui abrite une réplique exacte d’un des grands fours mis au jour dans les années 1970. 

P1170904-bis.jpgLa visite se poursuit sous les tentes plantées dans le parc. Elles abritent un coin lecture, avec de très beaux albums pour les jeunes, ainsi que les rideaux d’argile et les instruments de musique que les écoliers du Narbonnais ont créés au cours de l’année scolaire, sous la tutelle d’Ivan Levasseur, le potier-musicologue qui fait chanter l’argile.

P1170894-bis.jpgSous les tentes, le public découvre, en s’amusant, les jeux antiques parmi les plus populaires dans l’antiquité romaine. A l’exemple de la marelle gravée souvent à même le sol et des latroncules, jeu de stratégie dont le but est de capturer tous les pions de son adversaire - un peu l’ancêtre des jeux de dames et d’échecs actuels.P1170892-bis.jpg

Le stomachion ou puzzle d’Archimède est l’un des plus vieux puzzles connus. Il attire petits et grands  pressés de recomposer figures géométriques ou silhouettes. Quant au jeu des douze signes, très prisé sous l’empire romain et lointain descendant du trictrac, il a des règles plus ardues. Les pions se déplacent sur des lettres qui font office de cases, créant de petites maximes de six mots de six lettres au contenu souvent plaisant, qui nous livrent les préoccupations des joueurs d’alors, tel Invida puncta jubnet felice audere doctum que l’on traduit par "De mauvais coups obligent le joueur habile à bien jouer".P1170897-bis.jpg

Ces journées ludiques et pédagogiques à la fois sont reconduites les 22 et 28 août de 16 h à 19 h.

 
 

01.08.2014

A Amphoralis, les arbres racontent des histoires

Mireille Oliver raconte. Une passion des mots qu’elle aime partager. Cet été, elle emmène les visiteurs d’Amphoralis sur le sentier de l’arboretum ouvert en juin. La formule est conviviale, pédagogique et de loisirs, et plaît à toutes les générations. D’autant que le public est piégé dès les premiers mots de la conteuse, alléché par la mythologie celte et les symboles qui la relient à l’arbre. Les Celtes avaient, en effet, un alphabet des arbres et attribuaient à chacun des mois lunaires un nom d’arbre.P1170822-bis.jpg

Le parcours s’est déroulé ensuite entre contes et observations, en repérant les espèces dans l’esprit d’un sentier botanique ; Mireille s’appuyant sur les objectifs de l’arboretum à savoir comprendre la régénération naturelle d’une forêt et d’observer les différents stades de sa maturation. Le roncier, plein de mûres, explique à lui seul la sélection naturelle des végétaux. «C’est la crèche des petits arbres» où les oiseaux sèment d’autres espèces, l’aubépine ou l’amandier, le chèvrefeuille ou l’alaterne. Des arbres qui, à leur tour, en grandissant, étoufferont le roncier, milieu de transition par excellence.

P1170825-bis.jpgEn évoluant dans cet environnement au charme sauvage, l’accent a été mis sur les essences utilisées par les potiers, choisies en fonction de leur temps à brûler, lentement et régulièrement, comme le chêne, le frêne (photo ci-dessous) et l’orme. Des arbres qui occupent une place importante dans les rituels, les contes et les légendes et qui racontent des histoires à qui la conteuse donne une vie propre pour le plus grand plaisir de son auditoire.P1170829-bis.jpg

► En août, les visiteurs pourront suivre Mireille Oliver dans l’arboretum les samedis 16 et 30.

►Prochain rendez-vous sur le site, vendredi 1e août, la Nuit des étoiles à Amphoralis, avec l’association narbonnaise d’astronomie populaire. De 19 h à minuit, exposition, projection, conférence, ateliers, contes et observation au télescope.
  

 

07:47 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amphoralis |  Facebook | | |

12.07.2014

La musique d'argile tout l'été à Amphoralis

A Amphoralis, quelque cent cinquante écoliers de Sallèles-d’Aude, d'Argeliers et de Mirepeïsset * avaient rendez-vous, avant les vacances, avec une drôle de musique et un drôle de bonhomme, Ivan Levasseur, artiste céramiste et musicologue, considéré comme le père de la céramique musicale.P1170656 (Copier).JPG

Ce petit bonhomme à la barbe blanche, plein d’énergie, ils l’ont rencontré à plusieurs reprises, découvrant avec lui une musique rythmée par les sons d’instruments en terre les plus divers. Ils ont fabriqué un sifflet-oiseau, un céramophone (un xylophone en argile) et un carillon à vent, des structures musicales inconnues pour eux jusqu’alors, avec lesquelles Ivan Levasseur a sensibilisé les enfants aux possibilités acoustiques de l’argile.P1170654 (Copier).JPG

Après avoir répondu, en écho, au poète et conteur qu’est aussi Ivan Levasseur, les écoliers ont eu la primeur des premières notes émises depuis L’heureux passage, la porte musicale créée par le maître potier dont les colonnes et le linteau sont un clin d’œil aux potiers gallo-romains d’Amphoralis.

P1170674 (Copier).JPGLes écoliers qui sont restés sur le site avec leurs parents ont pu ensuite assister à l’inauguration de la sculpture et au concert Les sons de la terre auquel étaient associés les élèves de l’école d’arts plastiques et du conservatoire du Grand Narbonne qui, depuis le début de l’année, ont travaillé avec Ivan Levasseur.P1170662 (Copier).JPG

* Etaient absents les petits élèves de la maternelle Charles-Perrault, de Narbonne, qui ont participé à l’atelier musical.amphoralis

► Tout l’été, des visites et animations sur la musique d’argile sont programmées à Amphoralis.
 

20:35 Publié dans Ecoles, Expositions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amphoralis |  Facebook | | |