11.07.2014

Trois jours de tournage pour huit minutes de film

photo (2).JPGPendant trois jours, le plateau de tournage du téléfilm Le sang de la vigne a utilisé le quai d’Alsace pour décor avec patience comme maître mot, comme ont pu le constater les badauds attirés au pied de la passerelle par les impressionnants moyens logistiques, pas moins de sept camions de matériel garés dans les rues adjacentes, et surtout alléchés par la présence de Pierre Arditi, la vedette de la série policière.

Patience aussi pour l’équipe technique qui s’affairait, entre répétitions et prises, à refaire et à parfaire les scènes, une équipe sympa avec le public comme avec l’habitant qui l’a accueillie. C’est le cas d’Isobel des Volets bleus et de Danielle et Hélène pour qui techniciens, machinistes ou maquilleurs ont été aux petits soins, avec le souci d’empiéter le moins possible sur leur quotidien.

Manger à la cantine avec toute l’équipe reste un bon souvenir pour Danielle, dont le salon se retrouvera bientôt sur le petit écran.photo.JPG

A la fin du tournage, Pierre Arditi s’est prêté au jeu des photos et des autographes, abordant même avec ses fans sa prochaine saison sur les planches, à Paris et en province.

Photos Isolde Les volets bleus

 

08:47 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arditi |  Facebook | | |

03.12.2013

Petite mobilisation pour la semaine internationale de la solidarité

Pour sensibiliser le plus grand nombre au risque lié à l’eau et aux gestes éco-citoyens, le centre social les Passerelles a retenu ces thèmes pour animer la semaine de la solidarité.

passerellesLes écoliers des CE2, CM1 et CM2 ont participé toute une journée à l’opération, se déplaçant, classe après classe, à la salle des fêtes où, par groupes de six, leur étaient proposés des activités pédagogiques attractives sur divers supports  comme une vidéo sur la soif dans le monde ou des expériences relatives au cycle de l’eau. A chaque passage correspondait un questionnaire réalisé pour que l’élève comprenne la place essentielle de l’eau dans la vie de tous les jours. Une éducation au développement durable qui s’inscrit parfaitement dans le projet d’école.

passerellesAutre animation, la projection du film La taille, écrit par le Sallèlois Jacques de Grenier, un court-métrage qui propose une réflexion sur l’acceptation des différences. Le réalisateur Marc Deltour et les deux acteurs, Jo Salan et Abdellah Kradaoui étaient présents, mêlés au public qui a pu apprécier le travail de ces amateurs éclairés.

passerellesDernier point fort à insérer dans ce programme qui fait la part belle à la solidarité, la conférence du Sallèlois Alain-Jean Loiseau, président d’Oikcredit Méditerranée dont la mission est de stimuler, partout dans le monde, les épargnants et les organisations caritatives ou cultuelles à investir leurs réserves de trésorerie d’une manière efficace pour lutter contre la pauvreté par le développement.

Une vidéo a permis de mieux saisir la philosophie de cette société financière, l’une des plus grosses réserves mondiales de capitaux privés dans le secteur de la micro-finance. En 2004, alors que la Côte d’Ivoire était en guerre civile, Oikcredit soutint le projet des femmes de Cocovico, à savoir construire un marché en dur qui leur appartiendrait collectivement alors qu’aucune banque ne faisait confiance à des femmes sans formation. En 2011, la coopérative a reçu à Paris le Grand prix de la solidarité internationale.

La manifestation, de qualité, a surtout profité aux écoliers et n’a pas bénéficié du public attendu par les organisateurs. A noter la présence de l'Unicef, partie prenante de l'opération solidarité.
 

  

20.11.2013

Des animations autour de l'eau pour la semaine de la solidarité

L’eau, ressource vitale dont l'avenir est intimement lié à celui de l’humanité, a été choisie par le centre social les Passerelles, comme fil rouge des journées consacrées à la semaine de la solidarité internationale au cœur du Mieux vivre ensemble prôné par la structure.passerelles

Pour sensibiliser le plus grand nombre aux défis que représente la gestion des ressources en eau, une exposition, le jeudi 21 novembre, de 17 h à 18 h, développera plusieurs rencontres sur le cycle de l’eau, l’Unicef et l’eau, le droit de l’eau ainsi qu’une rencontre avec les célèbres photographies de Yann Arthus- Bertrand.

Ces dernières, accompagnées de textes pédagogiques, serviront de support aux scolaires, préparés en classe à la visite, et sur lesquels comptent les organisateurs pour porter le message aux parents.

Le lendemain, vendredi 22 novembre, de 16 h à 20 h, suivront

un atelier cuisine solidaire

une présentation de l’épargne solidaire par Oikcrédit, investissement qui lutte contre la pauvreté dans les pays en développement

la projection du film du Sallèlois Jacques de Grenier, La taille, à l’issue de laquelle le réalisateur Marc Deltouret et les acteurs Jo Sallan et Abdellah Kradaoui débattront avec le public sur le thème du film : l’agriculture ici et ailleurs et l’acceptation des différences.

Les mets préparés dans l’après-midi seront dégustés en fin de soirée.

► La solidarité, c’est aussi le vide vestiaire de l’hiver, le samedi 23 novembre, de 9 h 30 à 12 h, au vestiaire municipal, rue du 4-septembre.

 

 

02.08.2011

Mobilisation autour du projet de film sur Riquet

P1070868-bis.jpgL’association ''Un film pour Riquet'' a bénéficié dimanche de l’extraordinaire affluence qu’a drainé le festival Eau, terre et vin. C’est ainsi que, parmi les 15 000 personnes qui ont arpenté le quai d’Alsace et l’allée du Gailhousty, nombreuses ont été celles qui se sont arrêtées à son stand pour s’informer et signer, dans la foulée, la pétition mise en place fin avril. Une pétition destinée à amener les professionnels du cinéma  ou de la télévision, à entreprendre la réalisation d’un film sur Pierre-Paul Riquet, le concepteur et le créateur du Canal du Midi.

L’action, conduite par le Sallèlois Jacques de Grenier et tout un collectif de passionnés, a rapidement porté ses fruits. Début juin, le groupe accueillait le metteur en scène Jean Périssé, sur l’ouvrage de Riquet, au Répudre et au Malpas. L’on doit à ce touche-à-tout l’édition de beaux livres et la production de films, avec le patrimoine culturel du Sud, de l’Antiquité romaine à Venise en passant par le Haut-Moyen-Age, comme dénominateur commun. Avec l’Occitanienne en 2008, qui relate les amours de Chateaubriand dans les montagnes pyrénéennes, il signe son premier long métrage cinématographique. Dans un tel contexte, on comprend aisément l’intérêt porté à la requête.
 

Repérages, plongée dans les archives, contact avec les représentants de VNF qui soutiennent le projet ont donné du grain à moudre à Jean Périssé qui, avec l’écrivain Michèle Teysseyre, sa complice des Editions Clairsud, s’est vite attelé au scénario dont la trame s’inscrit dans le respect des faits historiques, comme se plaît à le souligner Jacques de Grenier.

Mais la mobilisation est plus que jamais de mise, car si le projet avance dans le bon sens, il reste à dénicher et à convaincre les financeurs d’investir dans la réalisation d’un premier film sur l’homme Pierre-Paul Riquet. Aussi un maximum de signatures est  plus que jamais nécessaire ! Tout le long du canal des registres sont ouverts à cet effet. Quant aux internautes, un site leur est ouvert : www.un-film-sur-riquet.fr
Email : contact@un-film-sur-riquet.fr

06:00 Publié dans Associations, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : riquet |  Facebook | | |