16.03.2015

Une secrétaire comptable indépendante s'installe dans la commune

Au 38, rue du juge Pierre Michel, Christel Lafraise a créé son entreprise d’assistance administrative, aidée pour monter son projet professionnel par la couveuse Nucleum du Grand Narbonne, dispositif d’accompagnement conçu pour lancer son activité.

Cette secrétaire comptable, licenciée économique après dix ans passés dans les bureaux des bateaux Bénéteau du Cap d’Agde, a peiné à trouver un emploi stable : « Tout était précaire » déplore-t-elle. Elle a donc choisi après mûre réflexion d’opter pour l’indépendance en s’appuyant sur les points forts induits par ce projet sur ses cibles.

christellafraiseÉconomie, plus d’investissement en matériel bureautique ; souplesse, avec une disponibilité adaptée aux besoins du chef d’entreprise, à l’heure, à la journée, à la semaine ou au mois ou encore productivité qui permet de libérer du temps pour se consacrer à sa clientèle.

Intégrer la couveuse Nucleum lui permet aujourd’hui de voler de ses propres ailes, en ayant toutes les cartes en main pour réussir.
Ses cibles, les petites entreprises de moins de dix salariés, les artisans et commerçants, les associations, les domaines viticoles pour tous travaux de correspondance, saisie de documents administratifs, suivi de trésorerie, remplacement, également de gestion des ressources humaines. Une polyvalence qu’elle met en avant dans sa conquête commerciale.

Bon vent à Christel et aux 3A (Assistance Administrative Audoise)
Contact :  3aaudoise@gmail.com et 06 88 04 98 84

 

17:05 Publié dans Entreprise | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christellafraise |  Facebook | | |

09.03.2014

Le maire lance le nouveau projet du domaine hôtelier du Somail

Aux côtés de Florelle Visentin, directrice générale d’Oceanis, et d’Amel Soussi, gestionnaire d’Odalys Vacances, Yves Bastié, le maire, a donné le coup d’envoi au projet du Somail sur lequel il travaille depuis 2008. Après un coup d’épée dans l’eau, ce projet d’envergure va enfin se concrétiser; les travaux démarreront début avril.P1160256-bis.jpg

Le maire se réjouit de ce démarrage dont la première étape concernera le bâti existant, avec la réhabilitation de l’hôtel qui a souffert de sa fermeture depuis deux ans. « Pas un coup de bluff électoral » précise t-il, l’hôtel, situé à 200 mètres du canal du Midi, sur un terrain de trois hectares, a été acheté en début d’année.

Il a souligné le sérieux et le professionnalisme des deux investisseurs - des partenaires connus et reconnus - auxquels il apporte son soutien : «  Dans un environnement social morose, c’est une belle opportunité pour dynamiser l’activité touristique et surtout pour la création d’emplois. » Ajoutant aussi que les rentrées fiscales générées sont « bonnes pour Sallèles ».

Florence Visentin a rebondi sur ce thème en mettant en avant le recrutement d’entreprises locales pour réaliser un projet qui s’étendra sur plusieurs années, se poursuivant avec une deuxième étape qui verra la construction - le permis de construire a été déposé - d’une soixantaine de studios et appartements sur les 32 hectares achetés également à M Vacances. Oceanis, acteur majeur dans l’univers de la promotion immobilière, tire sa force de son positionnement à Montpellier, tout en continuant sa croissance sur le reste du territoire national.

Amel Soussi a présenté Odalys, deuxième opérateur français sur le marché de l’hébergement touristique avec plus de 330 établissements accueillant chaque année plus de deux millions de vacanciers.

Pour Sallèles, elle en a évoqué les mêmes services et les mêmes équipements, de la piscine aux terrains de sport en passant par un centre aqualudique.

Toutes les deux ont mis en avant un maire très impliqué dans ce dossier d’ampleur  qui offre à sa commune « une belle vitrine et  un souffle nouveau ».

18:36 Publié dans Entreprise, Mairie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : somail |  Facebook | | |

12.01.2014

Village-Canal du Midi : premiers coups de pelle

P1150750 (Copier).jpgEn amont de l’aménagement du terrain destiné à recevoir le village du The Villages Group - qui a fait couler beaucoup d’encre cet été – la première étape est en cours et ce, pour une semaine encore. Elle est destinée à mettre en œuvre l’opération de diagnostic dont l’objectif est de détecter d’éventuels vestiges archéologiques, au regard du potentiel du secteur, le site Amphoralis est tout proche.

Une pelle mécanique ouvre des tranchées à raison d’environ 10% de la surface, soit quelque 7 ha. Placé devant le godet, Guilhem Sanchez, archéologue de l’Inrap (Institut d national de recherches archéologiques préventives) observe et étudie les couches de terre enlevées. Son rapport conduira à lever l’hypothèse archéologique ou à conduire une fouille préventive.

D’ores et déjà, le scientifique évoque un lieu maintes fois retourné par des labours profonds, très érodé et au «  potentiel archéologique très faible ». Des premières conclusions qui n’induiraient pas de fouilles et d’ajouter que le terrain libéré devrait laisser place rapidement au démarrage de l’aménagement.

P1150752 (Copier).jpgLe terrain s'étend le long de la départementale via Mirepeisset et borde le canal.


 

14:40 Publié dans Entreprise, Mairie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lotissement |  Facebook | | |

25.09.2013

José Sola inaugure son hangar photovoltaïque

P1140975 (Copier).jpgPour mener à bien le projet d’agrandissement de son exploitation agricole, trois ans ont été nécessaires à José Sola. Le bâtiment, aujourd’hui sorti de terre, est couvert en totalité par des panneaux solaires photovoltaïques, soit une superficie impressionnante de 1186 m² qui s’intègre dans le paysage en adéquation avec la zone industrielle de Truilhas toute proche.

Propriétaire du foncier, José Sola a monté son projet de bail avec construction avec Guillaume Quenedey, producteur et distributeur d’électricité, qui s’engage ainsi à construire un bâtiment neuf et à le mettre à la disposition de l’exploitant agricole qui l’utilise pour sa propre activité. Ce même producteur  a réalisé sept autres bâtiments identiques dans la région. José Sola récupérera gratuitement le hangar à l’issue de trente ans, durée du bail.

Il est évident qu’au départ d’un tel montage il y a un réel besoin de l’agriculteur. La demande de permis de construire explique la nécessité du bâtiment face aux importants moyens de stockage que réclament les 730 ha exploités, en céréales, fourrages et ovins pour la viande (dans la Montagne noire). Également pour les tracteurs, outils tractés, remorques et autres engins qui sont exposés toute l’année aux intempéries.

En présentant son exploitation, José Sola insiste sur sa conduite en agriculture biologique - d’où son nom : Bio 3 Sol - qui lui impose d’être autosuffisant notamment en fourrage pour les bêtes, vu la difficulté de s’approvisionner en bio. Ce qui lui permet aussi de contrôler tout le circuit, des champs à l’abattage.

P1140972 (Copier).jpgLors de l’inauguration du bâtiment, il a souligné l’engagement de tous ceux qui l’ont soutenu dans son projet, en particulier celui de la mairie de Sallèles d’Aude, à ses côtés pour avancer dans la jungle administrative. Il a été ensuite félicité par Yves Bastié pour une orientation professionnelle loin d’être neutre, «une structure qui s’inscrit dans une dynamique d’avenir et qu’il convient d’encourager» a précisé ce dernier.

 

16:44 Publié dans Entreprise | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sola |  Facebook | | |

24.03.2013

Les lycéens en visite à la Toulousaine des farines

P1120841 (Copier).jpgA l’occasion de la Semaine de l’industrie, la Toulousaine des farines implantée sur les bords du Canal du Midi à Sallèles d’Aude a ouvert ses portes trois jours durant au grand public et plus particulièrement aux lycéens et aux étudiants, le but étant de susciter l’intérêt pour les formations industrielles.

Lundi 18 mars, ce sont les élèves de seconde générale et technologique de Diderot qui ont découvert un outil de production d’une grande modernité très loin du cliché du moulin avec ses ailes et ses meules.

P1120825 (Copier).jpgAntoine Bernabé, responsable de production, a entraîné garçons et filles dans les cinq étages de la minoterie s’arrêtant à chaque niveau pour expliquer avec force détails toutes les étapes de la transformation du blé en farine. Visiblement impressionnés  par une machinerie imposante et entièrement automatisée, ils ont suivi chaque passage successif des grains dans les nettoyeurs séparateurs, les broyeurs et autres tamis, jusqu’à l’ensachage.

P1120828 (Copier).jpgDans l’immense magasin de stockage, le technicien a présenté la large gamme des farines produites sur le site, puis les a conduits à la boulangerie où, autour de la Mie’nutie, une baguette innovante entièrement pensée et réalisée dans le département, il a mis en avant le concept du circuit court et l’avantage de développer un pain régional à base du blé dur produit en quantité sur les terres audoises.

La journée s’est révélée enrichissante pour ces élèves qui ont choisi, dans leur cursus, de découvrir les notions fondamentales de l’économie et de la gestion par l’observation de structures concrètes et proches d’eux. Pour les enseignantes, ce type de rencontre étaye leurs actions en faveur de la découverte professionnelle.
 

 

09:30 Publié dans Entreprise | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toulousaine |  Facebook | | |

03.09.2012

Alain Laplagne s'installe en multiservices

P1100995 (Copier).jpgDepuis quelques semaines, une nouvelle entreprise s’est installée 60, avenue du stade. Celle d’Alain Laplagne, professionnel du service aux particuliers dans les Pyrénées-Orientales, qui a délocalisé son activité pour se rapprocher de sa compagne.

Maîtrisant plusieurs corps de métiers liés au bâtiment, maçonnerie, carrelage, faïence et placo, Alain intervient rapidement, dans le neuf ou la rénovation, et fournit un travail soigné à prix raisonnable. Il est actuellement en pleine démarche de prospection pour se créer une clientèle à Sallèles d’Aude et les villages voisins au moyen de tracts, cartes, rencontres avec les associations, telles celles des aînés de la Fraternité ou du comité Fnaca.

« Je peux notamment rendre de nombreux services à des personnes âgées qui ne peuvent plus entretenir leur maison » déclare t-il, mettant en avant les côtés social et humain qu’il apporte dans son travail.

Nous lui souhaitons une bonne installation.Sans-titre---1.jpg

  

16:33 Publié dans Entreprise | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laplagne |  Facebook | | |

29.04.2012

Une baguette de pain innovante est née à Sallèles d'Aude

 toulousaineDe la farine de blé dur, de la levure, de l’eau  et un peu de sel, tels sont les seuls ingrédients de la Mie’nutie, une baguette innovante qui, après deux ans de gestation vient d’être portée sur les fonts baptismaux par un collectif qui mise sur ses qualités pour l’inscrire dans la vie quotidienne.

« Développer un pain régional avec la matière de chez nous et le savoir faire de nos boulangers » est le credo d’Antoine Bernabé, meunier en chef de la Toulousaine des farines installée à Sallèles d’Aude qui, soutenu par la coopérative Arterris, basée à Castelnaudary et actionnaire à 50% du moulin, et par la Maison de la boulangerie de l’Aude, s’est lancé à fond dans le projet qui a bénéficié de la collaboration de l’Inra de Montpellier, référence incontournable pour le blé dur, et du fournil expérimental de Stasbourg.

Faire du bon pain avec le blé dur habituellement réservé à l’élaboration, sous forme de semoules, des pâtes alimentaire et du couscous, répond à une diversification du produit  qui occupe une place significative de l’espace audois quand on sait qu’Arterris en produit 400 000 tonnes.

Rebroyé et transformé en farine, le blé dur est déjà utilisé en Italie pour fabriquer un pain qui correspond aux habitudes alimentaires de là-bas. A la Toulousaine, les recherches ont d’abord porté sur les variétés de blé dur les plus aptes à intégrer un process traditionnellement réservé au blé tendre. Le résultat a été une farine qui donne au pain sa couleur jaune prononcée.
 

Il ne restait alors qu’aux boulangers, parties prenantes de l’aventure, Didier Lamome de Cuxac d’Aude, Jean-Marc Laurens de Salles d’Aude, Eddy Pfister de Lastours et Claude Seisen de Cazouls-les-Béziers, d’investir la boulangerie de la Toulousaine et de travailler, chacun de son côté, à la mise au point de la recette de la Mie’nutie.

Dès la porte entrouverte du fournil, la délicieuse odeur du pain chaud embaume l’atmosphère. L'on y trouve Antoine Bernabé et Claude Seisen (photo), très fiers de proposer une baguette à la mie jaune, grasse et alvéolée à souhait, à la croûte craquante, et dont ils mettent en avant l’importante capacité d’absorption d’eau qui induit une conservation jusqu’à deux à trois jours. Le léger goût de noisette est  aussi l’un des autres atouts de ce pain 100% audois. toulousaine

Le lancement officiel de la baguette dans les boutiques des boulangers cités aura lieu le 24 mai, avec pour objectif l’effet boule de neige en attendant l’obtention d’un brevet déposé et du label Sud de France. 

 

20:43 Publié dans Entreprise | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toulousaine |  Facebook | | |