15.09.2010

Une roulotte et une yourte pour vivre en accord avec la nature

P1040675-bis.jpgCharlotte Piveteau vit, autrement, depuis un an dans le parc du château de la Roque. Autrement car elle se partage entre une roulotte pleine de charme et, plus insolite, une yourte importée de Mongolie. Un habitat on ne peut plus écolo qui se veut plus qu'une alternative à une forme d'hébergement classique et qu'elle souhaiterait conserver le plus longtemps possible.

« Il est difficile aujourd'hui d'entrer dans un système qui ne va pas dans le sens de tout le monde et on ne reconnaît pas le droit de choisir son habitat » déclare t'elle, faisant allusion à une législation restrictive. Et pourtant, affirme t'elle, « je n'ai que des retours positifs, voire enthousiastes de la part de ceux qui viennent et constatent combien ici tout est conçu pour vivre agréablement ».

La roulotte a été ramenée de Berlin où elle était utilisée comme cabane de chantier. Franck Dautais, le compagnon de Charlotte, créateur de décors de théâtre et ébéniste de métier, l'a revu entièrement, n'en conservant que le châssis et la forme. Tout est  en bois, de l'intérieur à l'extérieur et les matériaux d'isolation sont naturels et biodégradables. Des panneaux photopholtaïques, installés à proximité, sur le gazon, assurent une autonomie totale, fournissant l'électricité et l'eau. « Petit peut-être mais très confortable » assure Charlotte qui, de sa fenêtre, regarde, attendrie, les canards blancs aller vers la mare en se dandinant. 

La yourte est la chambre de Charlotte avec son poêle à bois plantée au milieu. Matériaux écolo, là aussi, tissu, feutre et bois, et parfaitement intégré dans la verdure du parc. Les avantages de cet habitat des steppes mongoles : une excellente prise au vent et un chauffage de l'unique pièce extrêmement rapide. «  Habiter dans la yourte, c'est habiter dans un nid douillet. On y est protégé comme dans une bulle » s'enthousiasme Charlotte qui ajoute toutefois qu'il a fallu rendre étanche la structure et la surélever. La Mongolie est très froide, très ventée mais c'est un pays où les pluies sont rares.

S'installer à Sallèles dans des conditions aussi idéales a été un moyen pour l'artiste qu'est Charlotte Piveteau de se rapprocher du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise dont elle est partie prenante avec la Carabane du Festival Identi'Terres. Par ailleurs, elle crée des spectacles, organise des soirées autour du théâtre et anime des ateliers avec les enfants. Riche de projets culturels, Charlotte, l'écolo, nous promet de bientôt mettre en scène de belles idées avec ses amis du château de La Roque.P1040673-BIS-BIS.jpg

  

14:05 Publié dans Portrait | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.